Comment devenir apiculteur ?

devenir apiculteur

Un métier d’expérience

En apiculture, rien ne remplace l’expérience. Les saisons se suivent et ne se ressemblent pas. Comprendre le dynamisme des colonies d’abeilles, acquérir les techniques d’élevage, adapter les techniques à son environnement et mettre au point l’organisation pour tirer le meilleur parti de ses ruches nécessitent de l’expérience. Elle s’acquiert au fil du temps, mais également grâce aux échanges avec d’autres apiculteurs professionnels.

Pour prétendre aux aides à l’installation (dotation aux jeunes agriculteurs), une formation minimale est demandée le Brevet Professionnel de Responsable d’Exploitation Agricole (BPREA).

Ces enseignements permettent de connaître les bases de l’apiculture, ainsi que les pratiques nécessaires en matière de gestion et d’exploitation d’un rucher. Des études de gestion d’entreprise constituent également un bon complément à ces formations.

Mais la meilleure façon d’apprendre c’est de faire des saisons chez des apiculteurs chevronnés. Il est donc préférable de compléter votre parcours par des stages en France comme à l’étranger.

Enfin, des associations apicoles comme l’ANERCEA organisent chaque années des formations sur quelques jours qui permettent d’améliorer ses techniques, ainsi que des journée d’études pour approfondir ses connaissances grâce à la présentation de personnes chevronnées sur le sujet. C’est également l’occasion d’échanges entre apiculteurs souvent très riches et très utiles.

Il existe des aides à l’installation, spécifiques aux exploitation agricoles. Il est important de se renseigner auprès de l’ADA de sa région (association de développement apicole) comme auprès de la chambre d’agriculture de son département.

 

Les qualités requises pour devenir apiculteur

Devenir apiculteur nécessite un sens aigu de l’observation et des capacités d’organisation et d’adaptation. Rien ne remplace l’observation pour comprendre le comportement d’une colonie d’abeilles. Une saison apicole passe extrêmement vite. L’apiculture est un métier extrêmement chronophage, qui nécessite d’être très réactif selon les conditions météorologiques.

Il ne s’agit pas d’une activité que l’on fait à la légère. L’apiculteur  travaille toute l’année, y compris pendant l’hivernage de ses colonies.  Il doit évidemment disposer de connaissances liées à  la gestion de l’environnement entourant ses colonies d’abeilles, dont dépendent  la qualité et la variété du miel qu’il produit. Il est aussi responsable  de l’hygiène de ses ruches, et doit les visiter  régulièrement  afin de  s’assurer de la bonne santé des reines.

L’apiculteur doit maîtriser correctement les notions de gestion et de comptabilité. S’il souhaite écouler sa production en direct, il devra également trouver des marchés et être un bon commercial. En production de miel, il faudra atteindre au minimum un cheptel de 300 à 400 ruches pour sortir un revenu correct.

Il est possible de se lancer seul dans cette activité, mais en raison du grand nombre de tâches à accomplir, de plus en plus d’apiculteurs s’associent ou travaillent en entraide pour gagner du temps à chaque opération.