Les circuits de distribution du miel en France

commercialisation de miels en pots

 Une étude a été menée en 2015 sur le marché du miel par les cabinets Protéis et CoSpirit Mediatrack, pour l’office agricole FranceAgriMer. Ce dernier souhaitait une analyse du marché français du miel afin de conduire une réflexion stratégique d’orientation de la production. De nombreux sujets ont été couverts par cette étude dont celui des circuits de distribution du miel.

Une distribution concentrée, les circuits longs et la consommation

Environ 13 200 tonnes de miel ont été produites en France en 2014. Sur celles-ci, 11 100 tonnes étaient destinées à la commercialisation et 2 100 tonnes à l’autoconsommation. De plus, 1 000 tonnes ont été exportées, laissant environ 10 100 tonnes à destination de l’Hexagone. Au total, 40 600 tonnes ont été consommées en France. Cela signifie que seul 25 % du miel vendu provient de l’Hexagone.

La distribution du miel est fortement concentrée sur la consommation à domicile, avec 34 800 tonnes, soit 86 % du total. Les industries agroalimentaires et la restauration hors foyer, elles, consomment respectivement 3 600 et 2 200 tonnes.

Il est important de noter que la majorité de la distribution du miel se fait par les circuits longs. Celle-ci se fait en premier lieu via les Grandes et Moyennes Surfaces, qui pèsent 56 % du volume total, soit, en 2014, 25 230 tonnes. Mais les magasins spécialisés et les ventes par correspondance ou internet pèsent également une part non négligeable (17 %).

Les ventes directes représentent 27 % du total. Il s’agit là d’une caractéristique de la filière, puisque les apiculteurs sont les agriculteurs qui font le plus appel aux ventes directes (voir notre article sur les circuits courts).

Les acteurs des chaînes de distribution du miel

Les premiers acteurs de la chaîne de distribution du miel sont bien-sûr les apiculteurs. Ces derniers répartissent équitablement leurs ventes de miel entre les ventes directes (45 %) et les circuits longs (55 %). Pour les circuits courts, ils privilégient avant tout la vente sur place (51 %) et la vente sur les marchés (27 %). Les circuits longs sont eux largement dominés par la vente aux conditionneurs (84 %).

Les apiculteurs

On distingue au total trois profils d’apiculteurs. D’abord, ceux disposant de moins de 70 ruches, qui privilégient la vente directe. Ensuite, ceux détenant entre 70 et 300 ruches, qui suivent un schéma similaire aux précédents. Ils se diversifient toutefois en vendant leur miel en magasin. Enfin, ceux disposant de plus de 300 ruches, qui privilégient les circuits longs aux circuits courts. Ce schéma s’accentue avec le nombre de ruches.

Les conditionneurs

Après les apiculteurs viennent les conditionneurs. Il s’agit là d’une activité très concentrée en France. En effet, douze opérateurs pèsent plus de 95 % des tonnages. Ils ont ainsi traité à eux seuls 32 400 tonnes en 2014, soit 71 % des tonnages traités. Ils distribuent principalement du miel importé, dont ils sont les principaux fournisseurs (84 %). Toutefois, ils achètent également du miel français aux apiculteurs, pour un total d’environ 5 000 tonnes.

Les circuits de distribution

Les GMS (Grandes et Moyennes Surfaces) quant à elles sont les principaux clients des conditionneurs et le premier circuit de distribution en France. Environ  53% des volumes traités par les conditionneurs ont été vendus à des GMS. Toutefois, elles se fournissent également auprès des apiculteurs (environ 900 tonnes en 2014). Elles pèsent au total 48 % du marché national.

Enfin, les magasins spécialisés et la vente par correspondance ou internet en ont commercialisé environ 6 000 tonnes. Les opérateurs se fournissent principalement en miel français et importé auprès des conditionneurs. Ils sont imités en cela par la restauration hors foyer (2 200 tonnes) et les industries agro-alimentaires (3 600 tonnes).

Visitez la boutique de Miel-Direct !


Article mis à jour le 24/01/2018 par Sophie Fruleux.