Les infrarouges : un traitement pour les abeilles contaminées par les pesticides?

protection contre les infra-rouges et gelée royale

Une solution déjà employée chez l’Homme

Les infrarouges sont connus pour leurs effets bénéfiques sur les humains et un certain nombre d’animaux. Selon Glen Jeffery et son équipe de l’Institut Ophtalmologique de l’Université Collège de Londres, les abeilles pourraient faire partie de la liste.

 

En effet, il semblerait que ces derniers pourraient permettre de protéger les abeilles contre les propriétés des néonicotinoïdes. Il s’agit de pesticides qui stimulent plus que de raison les neurones et dépolarisent les mitochondries. Cela a pour effet de perturber de façon significative la production d’Adénosine Triphosphate (ou ATP), donc d’énergie.

 

Il s’agit d’une cause extrêmement importante de décès chez l’abeille.

 

Quoi qu’il en soit, la découverte de l’équipe de Glen Jeffrey paraît somme toute assez logique. Après tout, les propriétés neuroprotectrices des infrarouges sont déjà employées dans le cadre de thérapies chez les personnes âgées. De là à envisager la même chose pour les abeilles, il n’y a qu’un pas.

Un traitement aussi bien préventif que curatif

Pour prouver sa théorie, l’équipe a étudié pas moins de 400 abeilles sur une période de 10 jours. Ces dernières ont alors été divisées en groupes, certaines exposées aux infrarouges et d’autres non. Pour au final voir leur résistance aux néonicotinoïdes testées sur le vif.

 

Les résultats semblent concluants. En effet, les infrarouges semblent bel et bien posséder un effet bénéfique sur les abeilles, particulièrement dans un cadre préventif.

 

Les abeilles n’ayant pas été exposées aux infrarouges perdent leur mobilité, la vue et la capacité de s’alimenter. Au final, toutes meurent dans les 20 jours.

 

Les exposées, quant à elles, n’ont été décimées qu’au bout de 32 jours. De plus, il semble que les infrarouges permettent d’inverser les effets négatifs des pesticides. Ainsi, les abeilles retrouvent rapidement leurs capacités perdues après une thérapie intensive.

 

Cerise sur le gâteau, les infrarouges semblent n’avoir aucune influence sur le comportement des abeilles.

 

A présent, l’équipe travaille sur la création d’une petite lampe à infrarouges que l’on pourra installer dans les ruches. Ce qui, à terme, pourrait constituer une solution à ce problème de grande envergure.